lundi 21 juillet 2014

5 Bouquins de l'Eté au Banc d'Essai

"Une heure de lecture est le souverain remède contre les dégouts de la vie".
Montesquieu
S'il y bien une chose que je multiplie pendant les vacances, qu'elles soient d'été ou d'hiver d'ailleurs, et en dehors des siestes, Sneakers glacés et autres verres de rosé (à transposer en siestes (toujours), plateaux (oui, plateaux au pluriel) de fromages (fromages aussi) et autres verres de rouge en ce qui concerne le second semestre), c'est la pause lecture. 

Une vraie boulimie romanesque s'empare de moi, un besoin irrépressible de lignes à dévorer (comme si j'avais peur de m'ennuyer), une accumulation de bouquins repérés ça et là fait alors son entrée, avec une collection de pages à écumer le temps d'un été... Un rituel pré-holiday bien rodé, que je vous présente en mini-format today, sous la forme d'un banc d'essai.


5 romans de l'été, à dévorer ou à picorer (selon moi) avec en première ligne sur le podium de mes it de l'année (et bien en évidence au centre de la photo) : "Dieu me Déteste" d'Hollis Seamon. Une merveille d'histoire, juste incisive comme il faut, juste remuante comme il se doit (oui, j'aime les romans desquels on en ressort comme grandi, changé, bouleversé) (idem avec les films). 

Au sein de l'hôpital Hilltop, Richard aura bientôt 18 ans. Et il sait que ce sera probablement son dernier anniversaire. Alors forcément, il a envie de profiter un peu plus que les autres. Pressé de vivre toujours plus vite, toujours plus fort, on découvre son parcours conflictuel contre l'univers médical et un entourage qui préféreraient le voir vivre sagement pour peut-être un peu plus longtemps... 

Sans jamais tomber dans le pathos, sans jamais édulcorer quoique ce soit, ça se lit avec le sourire en permanence au coin des lèvres, pendu aux anecdotes tordues d'adolescents perdus. Un très très bon roman à vous procurer très rapidement.
 

En 2ème et 3ème position des mes tops, "La Femme au Carnet Rouge" d'Antoine Laurain et "Baby Jane" de Sofi Oksanen. Respectivement lus en une (longue) soirée (+insomnie) et un aller-retour en TGV.

Le premier nous conte l'histoire de Laurent, un libraire parisien qui découvre un beau matin un sac à mains abandonné et décide de retrouver sa propriétaire à travers son contenu malgré l'absence de papiers d'identité : à travers des photos, notes, flacon de parfum, et surtout un mystérieux carnet rouge, le jeu de piste commence pour se muer en une quête amoureuse qui va bouleverser leurs vies.

C'est un feel-good book par excellence (dans le même registre que La Liste de mes Envies), de ceux qu'on lit en imaginant le film de l'histoire sous nos yeux, en ajoutant nos propres détails, en transposant nos propres désirs. Même si l'histoire reste simple et un brin patinée, le plaisir est bel et bien là. Et l'envie de fouiner son sac à soi, juste au cas où, aussi. 

Le second du même auteur que le fantastique "Purge" dévoré en 2010, relate le parcours chaotique d'une jeune punkette homosexuelle aux relations dangereusement passionnelles. Un hommage au film "Qu'est-il arrivé à Baby Jane" (pas vu) loin de ses précédentes intrigues historiques, dans lequel on retrouve tout de même une de ses chères villes du grand Nord-Est avec Helsinki cette fois-ci, et son amour pour les portraits de femmes torturées. 

La descente aux enfers de la reine de la nuit, désormais dépendante et ne vivant plus que d'un business sordide de petites culottes, qui nous conduit à explorer les ressorts de l'addiction, de l'ultra-jalousie mais aussi du manque et de la mélancolie. Tout ce qui peut faire l'amour, quelque soit son genre. À savourer dans les plus brefs délais.


Pour finir deux autres bons romans, simplement un brin décevants une fois refermés. De ceux dont la lecture des dernières pages demeurent un peu poussive (allez, j'le torche, plus que 161 pages) (et si j'saute 1 page sur 2 ça ne fait plus que 80) : "Après quoi on court" de Jérémy Sebbane, relatant les histoires de coeur de 4 adolescents découvrant leurs penchants sexuels tout au long des années 2000, et "En finir avec Eddy Bellegueule" d'Edouard Louis, qui nous conte son jeu d'identité entre un statut de jeune normalien bourgeois, en contradiction totale avec sa misérable famille picarde et son patronyme originel.

Si j'ai aimé l'intrigue amoureuse en triangle (et même rectangle) de base du premier, les quatre voix ont fini par me lasser, leurs déboires sentimentaux sans surprises aussi. Et Si il s'agit du "roman amoureux d'une génération" comme cela est inscrit sur la couverture, et bien malgré nos Tinder, Adopteunmec.com et autres sources d'approvisionnement instantané... Qu'est-ce qu'on s'emmerde ! 
Si j'ai apprécié le double jeu du héros-narrateur-auteur du deuxième et été touchée par son côté "vilain petit canard" des débuts (et par la violence de certaines scènes vécues), j'ai rapidement trouvé que l'on tournait en rond dans cette finalement, biographie déguisée. Mais pourquoi s'en cacher ?

Maintenant, je pars en quête des prochains, n'ayant plus au biblio-frigo qu'un seul roman à grignoter... "Parce que tu me plais" de Fabien Prade. 
Et sinon, peut-être avez-vous quelques conseils à me e-refiler ?!

vendredi 18 juillet 2014

Blue, always. Zara, always.

"Un matin, l'un de nous manquant de noir, se servit de bleu : l'impressionnisme était né".
Pierre Auguste Renoir
À l'instar de la météo parisienne pluvieuse du week-end à venir, rien de bien nouveau sous le (non) soleil des looks...

Du bleu, encore et toujours (plus). Sans doute pour remédier temporairement à ses absences remarquées.
Du Zara, encore et toujours (plus). Sans doute parce qu'y trouver refuge n'a jamais été aussi doux (et sec).
Et puis du 100% casual, encore et toujours (plus). Sans doute parce que je partais au marché, chercher l'été dans une future salade de fruits et un peu de poisson frais.

 
Shirt BERENICE -
Jean, Bag, Shoes & Sunglasses ZARA -

mardi 15 juillet 2014

Les Salons de Thé du Quartier

"Il y a dans le goût du thé comme un charme subtil qui le rend irrésistible et propre à être sublimé. Le thé n'a ni l'arrogance du vin, ni l'affectation du café, encore moins l'innocence minaudière du cacao".
Ingrid Astier
Vous e-connaissez fort bien ma passion pour le thé, quoi de plus logique donc, qu'un rapide tour de mes salons de thé préférés du quartier. Bah oui, qui dit retour au coeur de SoPi (South of Pigalle), dit forcément découverte des nouveaux spots à goûter ou à déjeuner.

Pour commencer je vous embarque chez "Une Souris et des Hommes", un endroit charmant et totalement hybride, à la fois pâtisserie mais aussi librairie. De quoi assouvir ma soif d'Earl Grey, comme de bons bouquins, et particulièrement de cuisine ! Leurs doux breuvages sont en provenance directe du Palais des Thés, et tout le reste est fait maison, 100% frais, avec une mention spéciale pour leur brioche à l'orange au petit goût de paradis... Réservez-donc votre prochain brunch parisien là-bas, vous en ressortirez cultivé(e), enchanté(e), et certainement avec votre petit pot de pâte à tartiner !

17 Rue de Maubeuge, 75009 Paris
09 81 76 17 74

Dans le même coin, un peu plus bas, se trouve "Les Madeleines Parisiennes", une bien bonne adresse pour votre prochain lunch ou pour votre 4 heures, à déguster sur place, ou à emporter bien tranquillement chez soi ou @the office

Cakes, quiches et clafoutis salés variés, petits plats français cuisinés, ribambelle de desserts homemade (cheesecake, sablés, gâteaux et bien entendu madeleines), voilà ce que propose ce repère "mimi tout plein", girly à souhait, avec étoiles roses en bingo déco et corner épicerie en bonus shopping.

46 rue Lamartine, 75009 Paris
01 45 26 62 20

Et si vous passez un peu plus haut, dans le secteur Rochechouart/Condorcet, vous ne pouvez rater "Les Pipalottes Gourmandes", véritable institution locale créée il y a plus de dix ans par un couple de restaurateurs en quête d'un lieu complet, réunissant tout ce qu'ils aimaient.

Ils y ont donc installé un rayon traiteur, un espace restaurant aux allures de vieux bistrot coquet, un rayon sucreries et même un espace pour vendre des produits de beauté et de décoration... Pas moins de 4500 références nichées du sol au plafond dans de larges étagères en bois ! Même si j'ai regretté un brin d'amabilité supplémentaire chez plusieurs de leurs vendeurs, ainsi que le prix prohibitif de certains desserts, je ne peux m'empêcher d'y retourner, pour leur confiture "Carla"(fabriquée en Normandie à l'ancienne sans conservateur) et leurs mignonneries de salades grecques.

49 Rue de Rochechouart, 75009 Paris
01 44 53 04 53
 

Le temps d'investiguer de prochains lieux de débauche brunch, ne me demandez plus où flâner et théiner dans le quartier... C'est noté ?! 

vendredi 11 juillet 2014

Bouclée & Plissée

"Au pays de Candy, comme dans tous les pays, on s'amuse, on pleure, on rit, il y a des méchants et des gentils, ".
Igarshi Mitsuki
Et si l'on rejouait ensemble à l'un de mes grands classiques du jeu stylistique ?!
Je parle de mon (et du) (nous sommes nombreuses si j'en croit mon baromètre mode de rue) fameux combo jupe/baskets, cette-fois-ci dans une version mi-longue jusqu'alors inexplorée (ce look faussement Pradien de l'été dernier mis à part) (mais j'étais en ballerines donc ça ne compte pas) (double parenthèse inutile, bonjour). 

Une coiffure de Candy, un rose poudré toujours aussi flatteur au teint, et un bon vieux petit blouson en jean cintré en plus des sneakers pour finir de compenser la part girly de la silhouette... Ma recette partagée pour oser ce type de pièce pleine de féminité en plus de leur côté désuet. Un mix des genres bien à l'image de mes multiples contradictions (si l'habit fait le moine, le look de blog donne dans la e-psychologie de comptoir).

 
 
Jacket SANDRO (old) -
Tee-Shirt AMERICAN VINTAGE -
Skirt ZARA -
Sneakers COMPTOIR DES COTONNIERS x NEW BALANCE -

mercredi 9 juillet 2014

5 Soins "effet flouteur" au Banc d'Essai

"J'ai longtemps vécu dans un monde flou que vous ne pouvez imaginer... Une seule déception : je croyais les gens moins laids".
Maurice Denuzière
Stress, tabac, pollution, excès de sébum... Quelque soit notre/votre point faible ou même notre/votre combo de points faibles (j'additionne les imperfections, je collectionne à ma façon), on est souvent sujettes à quelques petits problèmes d'apparence de pores (S.O.S beauté&futilité j'é-cou-te), dilatés, déformés ou même enflammés... La faute à sa ville, à son job, à son mec (si si, vous êtes un de nos facteurs de stress) (et puis sortez d'ici ce sujet ne vous concerne pas), à ces quelques verres/clopes de trop, à son patrimoine génétique et/ou à pas de chance.

Bref, je ne pouvais pas passer à côté d'un mini billet beauté spécial soins "effet flouteur", mais si vous savez, ces it-produits à haute tendance 2014, nous promettant une peau de bébé corrigée et des imperfections totalement masquées.


Au banc d'essai pour ce test 5 produits comme toujours, de marques et prix différents. Et pour démarrer mon coup de coeur absolu, conjuguant soin profond et esthétique : le soin correcteur "Sébium Pore Refiner" Bioderma. Déjà il assure l'effet immédiat avec un fini mat velouté des plus agréables, et en plus, il continue sur sa bonne lancée sur le long terme avec une action purifiante.

Autant vous dire qu'il ne quitte plus ma trousse de toilette (à seulement 13€90 les 30ml), accompagné de son partenaire de choix à l'heure du make up, "l'Abracadabaume Perfect Illusion" Garancia. C'est une véritable gomme qui comble les ridules si nécessaire et floute comme par magie les zones à camoufler. Un produit à utiliser pour un instant T, en complément d'un vrai soin et si le budget beauté le permet (48€ les 12g tout de même).


Lors de ce test j'ai également été séduite par un autre item du rayon cosmétique : le "Combleur pores et ridules" Sephora, à itsi bitsi tout petit petit mini-prix et très efficace avant un maquillage de soirée.

Il remplit tout aussi bien le boulot que son jumeau le "Pore Minimizing Photo Finish" Smashbox, qui lui fait beaucoup plus mal quand vient l'heure du rouleau de caisse beauté (sans parler de son aspect violet peu engageant) (ne cherchant pas vraiment à jouer les remake de retour de chez les morts). Privilégiez-donc la piste MDD avec encore une bien jolie réussite signée notre géant de la beauté distribuée.

Et sinon au rayon CSP+, il y a le "Multi-Perfecting pore corrector concentrate" Algenist, affiché à 69€ les 30ml. Sa texture est très fluide, sans huile, comme un sérum. Autant j'ai apprécié sa composition zéro défauts, autant j'ai détesté le fait qu'il fasse un peu briller en fin de journée... Surtout à ce prix.


Ces petits Photoshop bonus ne valant rien sans une hygiène alimentaire irréprochable avec un tout petit moins de burgers et de pâtisseries...
C'est pas gagné.
On va donc flouter.