dimanche 13 juillet 2008

Les Parisiennes


"A vingt ans, la Parisienne est adorable; à trente ans, irrésistible; à quarante ans, charmante. Après quarante ans ? Jamais une Parisienne ne dépasse quarante ans ".
André Maurois


Encore toute émoustillée par l'expo du musée Carnavalet (et par les photos
des "Parisiens" du photographe Hedi Slimane
pour le magazine Next édité par Libération) retraçant les merveilleux dessins colorés de Kiraz, je ne cesse de penser au véritable style de la Parisienne, à sa nonchalance étudiée, à ses grands yeux, ses jambes improbables, ses petits seins et son postérieur racé.

Edmond Kiraz à travers ses gouaches créatives, ses peintures originales, ses traits de crayon inédits et ses coupures de presse d'époque (Elle, Paris Match, Gala, Marie Claire, Playboy US) nous transmet avec humour sa vision de ces longues créatures capricieuses à souhait. On retrouve d'ailleurs avec plaisir les publicités Clio, Nivéa, Chipie ou plus récemment, Canderel.


Alors pourquoi me tarauder l'esprit, me direz-vous ?
Parce qu'on leur ressemblerait presque à ces Parisiennes, avec une taille de guêpe, un portefeuille 4 volets en cuir d'autruche bien rempli et une insouciance à toute épreuve !
Mais non, rien n'y fait, une Parisienne peut être reconnaissable parmi des milliers d'impostures (une ancienne provinciale immigrée à Paris depuis des années mais portant inlassablement le même chouchou depuis des années également, le fameux "scrunchie" de Sex and the city; une jeune fille des beaux quartiers (du XVIème, c'est les pires il paraît) arborant un total look Sandro, Maje ou Zadig&Voltaire en faisant mine d'être comme çà de manière innée alors qu'il lui a suffit de dégainer sa CB dorée; une fausse bobo se prenant pour Vanessa Paradis avec un jupon folk XXL et des bouclettes de Candy parfaitement impossibles à obenir sans 1h30 de fer à boucler; et bien d'autres, je laisse libre cours à votre imagination, de nombreux souvenirs de vos trajets observateurs via RATP doivent vous revenir... ).

Elles peuvent parfois (un éclair modesque ? un instant de génie parisien ? un piston d'une bonne styliste ?) réussir à leur ressembler certes, mais n'égalent jamais la classe naturelle des Parisiennes.
Car pour moi, une "Parisienne" c'est avant tout une fille intemporelle et indémodable, piquante, sensuelle, un brin délurée, perdue entre illusions enfantines et déboires adultes (rien que çà!)... Et arborant une moue à la BB (j'oubliais le détail qui tue).

Et celle qui entre (pour moi, encore une fois) au rang d'icône dans le domaine, c'est Charlotte Gainsbourg.


Ce qui est fou avec cette fille, et bah c'est que toutes les filles paraissent tartes à côté !
... Le charisme ravageur de la timide semble-t-il.


Encore un post tout à fait inutile... mais parfaitement indispensable pour évacuer mes réflexions modesques.

F.B

1 commentaire:

ema a dit…

ça doit être sa bouche, non ? elle a uen forme incroyable