mardi 18 septembre 2012

Discerner le Vrai du Faux

"Allez vous y retrouver parmi le faux vrai, le vrai faux, le vrai vrai et le faux faux !"
Armand Salacrou

Dans la vie comme en fashion, difficile parfois de distinguer le faux du vrai.


A l’heure où les fake Vuitton sont produits et vendus plus vite que leurs orignaux, où les réassorts Zara gorgés de centaines de pièces vues sur catwalk ne désemplissent pas (une nouvelle mini-collection tous les 15 jours pour satisfaire notre appétit), et où le turnover de dressing des modeuses n’a jamais été aussi important, plus rien ne semble arrêter la machine à ersatz.

Chez nos enseignes mass market, comme chez nos petits créateurs (devenus grands) du Sentier (j’ai nommé Maje & co) ou au cœur des marchés parisiens, tout le monde semble épier l’autre, ces géants du luxe inaccessible, et pourtant d’apparence si proche sur papier ou écran télévisé.

Copier n’est plus voler.
Même Christian l’aurait appris à ses dépens, au fer de ses semelles rouges.

Alors aujourd’hui je vous propose un petit jeu : sur les photos qui suivent, deux modèles phares de sneakers, la paire compensée Isabel Marant et la paire cloutée Sandro.

À chaque fois, l’une est authentique, l’autre une contrefaçon.
À chaque fois, l’une vaut entre 350 et 450 €, l’autre à peine 80 €.


Baskets ISABEL MARANT – Baskets LAB’S (rue Henri Barbusse à Levallois Perret)
Baskets Albator SANDRO – Baskets LAB’S (rue Henri Barbusse à Levallois Perret)

Si j’avais les moyens, jamais je n’aurais cédé face à de (pâles, diront certaines) copies.
Par amour de la création et par respect de le profession (oui Madame).

Mais force est de constater qu’en l’absence de gain EuroMillions, il est aussi fort agréable de pouvoir s’offrir un « à défaut », surtout quand les marges exorbitantes ont réellement bon dos.

F.B

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
je lis ton blog et je te trouve très sympa, ton look aussi. J´aime ta franchise. Il est difficile de te répondre sur ce sujet..! Est-il honteux de mettre 400 euros dans des baskets ou est-il honteux d´acheter un "ersatz" et de dire "ouais, des marants like"..Je pense que la qualité ou peut-être la fierté de porter des "vraies" est un plus..Tu as de la chance de pouvoir de payer des vraies, pourquoi en acheter encore des copies ?
La mode de ces baskets va bientôt passer..C´est l´overdose de mochetés compensées dans toutes les marques cet hiver..Marant reste mes préférés..;)

Glamour-cheap a dit…

Jolie article, c'est vrais que c'est difficile de faire la différence entre les vrais et les "copie" pour les sandro j'étais prête à parier que c'était les noir les vrais et puis j'ai eu la surprise que NON c'était l'inverse! Il sont douer pour nous mettre le doute! en tout cas moi je suis de ton avis même si je n'aime pas porter des "copie" ont est pas toute milliardaire! :)

What the L a dit…

j'étais incapable de faire la différence, donc les imitations sont très bien faites ! Je n'aurais pas de quoi mettre 400 dans une paire de baskets (c'est plus que mon budget bouffe mensuel pour 3 personne) donc je comprends la tentation des copies, et puis tu ne dis pas que ce sont des vraies, donc ça va^^

My Ast... a dit…

Les copies sont vraiment identiques... Je dois avouer que mettre plus de 100euros dans des baskets même avec talon, clou ou bien même en cuir j'ai du mal alors quand on frôle les 500euros c'est niet mais rester à baver devant les modèles des filles que l'on croise dans la rue c'est hard! Alors je comprends le craquage et je regrette une seule chose : ne plus être sur Paris pour aller faire un tour dans cette boutique!

nathalie a dit…

Je suis entierement d'accord avec toi en même temps je pense que les "vraies" ne veulent pas non plus 500 euros je serais bien curieuse de connaitre leurs marges !!Dommage que je n'habite plus Paris, cette boutique a l'air très sympa!!

Anonyme a dit…

Le magasin Lab's ne vend-t-il que des ersatz?