vendredi 20 février 2009

Grunge de luxe

"Le style, c'est l'oubli de tous les styles".
Jules Renard

Suite à une semaine dédiée aux chemisiers prout-prout et derbies vernies (faut que ça brille mais pas que ça fasse bling bling) afin de minimiser mon look trop "junior" devant des clients trop très classiques et très grisonnants, je commence à craquer du sweat, de la chemise de bûcheron et des Converse.

Rien de plus difficile que d'adopter un style que l'on ne connaît pas. Dire adieu aux jeans correspondant à supprimer 99.9% de mon dressing (hyperbole de ma pauvre armoire deux portes Ikea) et 100% de ma folie de modasse.

Depuis cette phase "réunionite", je tente de desserrer les fesses ma cravate et d'adopter le versant modesque opposé, toujours plus teenager, toujours plus loose, toujours plus grunge. Le tout en évitant de donner l'effet de venir directement de 1993 sans être passée par la case Hedi Slimane. Car, même s'il s'agit d'une mode involontaire et naturelle, le look grungy peut vite tourner Georges Michael durant sa période WHAM.

Une seule petite règle à respecter pour ne pas se louper (selon Kurt Cobain. Qui s'est suicidé. Certes): avancer à contre sens pour marquer les esprits.
Soit, retranscrit pour les adeptes des facettes plutôt rebelles: du destroy, mais saupoudré de glamour. Il ne suffit pas de porter le jean troué de Brandon Walsh pour atteindre le Graal du mode "Nirvana". Il faut savoir ajouter la touche glam'.

Encore novice, je commence tout juste à déblayer ce nouveau chantier grâce à deux nouvelles pièces: un sweat "acid" American Apparel et un jean neige TopShop.


Les pythies de la mode d'Internet ont déjà bien balisé le terrain miné pour nous, mais malheureusement à coup de CB griffée, comme Rumi (FashionToast), Carrie (Bradshaw - SexandtheCity) et Jenny (Humphrey - GossipGirl) qui se la jouent pauvresses avec leurs luxueux tops plein de trous-trous.

Pour ma part, j'essaye encore d'apprivoiser cette nouvelle lubie du javellisé mais pas en Chloé en me demandant si je ne suis pas, finalement, une enfant de la mode des années 90.

Ceci expliquerait cela.

F.B

2 commentaires:

petits bouts a dit…

Oui c'est vrai ça, tu t'habilles vraiment grunge avec ta petite robe noire soft grey et tes bottes la redoute! :.)

Florence a dit…

petitsbouts > Et oui, faut varier les plaisirs !