jeudi 17 décembre 2009

Gilbert d'anniversaire

"Les mots sont comme les sacs: ils prennent la forme de ce qu'on met dedans".
Alfred Capus

I had a crush...

Non pas d'adultère à renifler pour les gossip girls du quartier... Seulement une polygamie aigüe depuis Billy.

Bruno, Leon, Samy et même Franky m'ont fait de l'oeil (et du pied sous la table), mais c'est finalement Gilbert qui a eu raison de mon coeur. L'occasion de se procurer un Jules en un coup de carte Gold plutôt Electron me concernant.

Pour celles (et ceux, je ne vous oublie pas) qui débarquent, et/ou pour qui ces accointances modesques n'ont que peu de sens, une explication s'impose.


Ces doux oiseaux ne sont pas les prénoms de mon tableau de chasse été 2007 mais bien les modèles de sacs Jerôme Dreyfuss qui me font craquer depuis l'hiver dernier.

JD, c'est un peu l'homme blasé et chéri de la mode, celui à qui tout réussi, en un temps record, celui qui à peine sorti d'Esmod en 1999 se fait élire "Homme de l'Année", celui qui a renoncé à l'ambiance ennivrante des backstages Haute Couture pour se consacrer aux accessoires, celui qui sur un coup de tête, s'est mis aux sacs pour femmes en leur apposant des noms masculins.

Le seul mec avec qui vous pourriez parler bandoulière trop longue ou peau de croco traitée jusqu'à 5 heures du mat'. Le seul mec pour qui un sac à main peut s'avérer fascinant tant leur potentiel à définir une silhouette est fort. Le seul mec qui réussi à nous vendre du "roots deluxe" à un prix déraisonnable et à passer pour un génie.



Alors forcément pour mon Gilbert d'anniversaire, j'ai tergiversé, alimenté le corner du Printemps d'une de mes visites bi-hebdomadaire et trié l'intégralité de mon "bag-ing" (sur le même modèle que "dress-ing" ?!) pour me décider sur la matière, le coloris et la taille (rien que ça).

L'agneau plongé étant ma tasse de thé, le gris souris ma lubie et les sacs XXL mon domaine... J'ai cédé pour celui-là. A la double anse, l'une courte pour se la jouer chic, l'autre beaucoup plus longue, pour rester une éternelle écolière à besace.


Sans parler du label Agricouture apposé à mon Gilbert et lancé par le créateur en 2006, qui s’ancre parfaitement dans la révolution Slow, favorisant l’artisanat local et la recherche de la qualité, pour un produit avec une âme.


Loin de la fast-fashion que j'exècre.

Proche de la perfection faites sac.

F.B

5 commentaires:

Géraldine a dit…

Quel bon choix. J'ai en ma possession 2 Billy (format M et L, je n'ai pas pu me décider) mais je regrette maintenant le beau Gilbert besace...!

Anonyme a dit…

Un Dreyffus, c'est encore mieux qu'investir dans la pierre !

Anonyme a dit…

C'est les gossip girls du quartier qui doivent être déçues ?!
Les real girls auront savouré la qualité du conseil et le bon goût JD...

LeMaraisChic a dit…

Il est magnifique...ayé, maintenant j'ai envie d'en acheter un...ode à la carte bleue...

et un p'tit tour en boutique : http://www.videdressing.com/vide-dressing/7069/parrainage/framboise212@hotmail.com

JustShop a dit…

Love your blog !!!

Come and see mine :-)

http://justshoppp.blogspot.com/