lundi 15 mars 2010

Improbable / Importable

"On devrait toujours être légèrement improbable"
Oscar Wilde

Fashion Week terminée, c'est l'heure du bilan pour bien-pensants (ou nan), avec en premier lieu, deux pièces aux racines cheap tentant de récupérer un aura luxe, deux abérrations fashion élevées au rang de la hype grâce à l'esprit follement impertinent de certains créateurs (n'ayant pas peur).

Attaquons par cette tendance qui m'a fait les yeux comme des rondelles XL de saucissson, celle du coming-back le plus contesté (mais aussi le plus "people-isé", thanks to Rihanna encore une fois): le sac banane.


Autrement et "englishement" appelé "Bum Bag" ou "Fanny Pack" (c'est tout de suite plus charmant et attrayant), cet accessoire directement sorti de la panoplie du touriste bedonnant allemand ou de l'effet Kway du centre aéré, est en passe de re-devenir un "it" (loin d'être esthétique).

Remis sur le devant de la scène par l'affolant Marc Jacobs, toujours là pour nous proposer la pièce la moins conventionnelle et faire la part belle aux détails censés tuer (repensez aux oreilles de bunny l'hiver dernier), je ne sais que penser de cette nouvelle lubie pas très sexy.


Pour moi symbole absolu de la ringardise fashion, je ne peux pour autant occulter son attrait pragmatiquement pragmatique.

Jonglant quotidiennement entre mon BlackBerry, mes magazines de mode, mon very big agenda en croco d'amour, mes clés (de bureau, de maison, de casier et USB), mes multiples trousses (maquillage, papier et secrets) et mes autres gadgets de survie en faune urbaine, je ne peux que rêver pouvoir tout transporter contre mon bidon, telle une mère kangourou protégeant ses petits.

Un seul modèle à date pourrait me faire basculer (du côté sombre de la fashion sphère), il se prénomme Yves, ne porte pas de gros logo désuet type "Amicale de pétanque de St-Just-en-Chevalet", est muti-poches dans un cuir doux comme un agneau et se décline dans des coloris trendy. La nouvelle folie de bibi (comprenez mon Jerôme Dreyfuss).

Mais revenons à nos moutons pour disséquer l'autre ovni de cette Fashion Week à Paris : les sabots.
Pas d'erstaz ou de dérivé, il s'agit bel et bien du sabot original, en cuir et en bois (oui, celui-là même que porte généralement les gens dits "du voyage", chaussettes imprimées en guise d'ornements de pieds et longue robe vaguement hippie, vaguement guenille, pour compléter la panoplie).

Alors que l'on s'attendait à voir défiler les mannequins en escarpins féminins, notre cher Karl (presque national) a anéanti les fanatiques du pied fin et du rouge carmin en proposant ses tenues de fées dans esprit totalement fermier.


Et on a beau nous sermoner à coups de papier glacé bien manigancés (comprenez de séances photos à la Laura Ingalls glamour inadaptables à nos contrées pleine de pavés), nous les montrer décontractés sur la néo-papesse du look Alexa Chung, nous démontrer qu'ils seraient parfaits munis d'une liquette ou d'un jean cigarette...


... Bah j'en pense quoi ? Que cette tendance ne passera pas par moi ! L'allure champêtre à l'excès me fait bien rigoler, mais certainement pas flancher.

Les longues robes gipsy, le vernis vert kaki et le liberty, je dis oui, oui, oui.
Les sabots, c'est no (way).

F.B

5 commentaires:

Agnès a dit…

Tellement vrai !

mARIE a dit…

La banane version Dreyfuss why not. Mais les sabots comme tu dis c'est no ! Je ne comprends pas ce nouveau délire fashion transformant n'importe quelle nymphette stylée en nana ridicule à la démarche grossière.

dreamylacey a dit…

ah non pas la banane pitie!!!!!!!!

j'adore marc jacobs mais la je diis non !!!!!

http://www.iletaitunefoisundressing.com/

Fashion London Life a dit…

Pas la banane... Même la Dreyfuss je n'adhère vrmt pas!

MC a dit…

pAS les sabots surtout !!!