mercredi 21 septembre 2011

Chill... Avec un C comme Converse (et un B comme Brandalley ?!)

"La détente : faut surtout pas appuyer dessus !".
Pierre Desproges

Dans le même registre teenage que les slims Cimarron, il y a les baskets Converse.

Qui s'avère en tant que marque pire encore, car totalement intemporelle, et ayant même passé le cap mythique de devenir une antonomase (le mot "baskets" n'était pas nécessaire dans ma première phrase, la marque s'avère être désormais un nom commun).

Et les Converse on les aime usées à la corde, voir déchirées. 
Pas propres, pas blanches au bout, un brin "dégaine". 

Alors, quand l'heure vient de sans séparer pour de bon, la semelle intérieure et extérieure ayant lâché ou le devant de la shoes étant carrément arraché...Qu'il s'avère difficile de repartir en quête de son modèle fétiche. 

Cette fois-ci vierge de tout passé sentimental, non souillé, bien clean (bien trop clean)...

Tee-shirt ISABEL MARANT - Jean MAJE - Baskets CONVERSE via BRANDALLEY

Mission difficile donc, mais pas impossible, car j'ai réussi à trouver des remplaçantes spécial chill day, directement dans la rubrique chaussures femmes du site Brandalley (ayant au passage fait également une razzia dans leurs rayons "ventes privées") (là où il y a de la gène, il n'y a pas de plaisir).

Une version plus fine (la semelle est nettement moins épaisse que leurs consoeurs classiques), imperméable (en cuir et non en toile) (soit plus judicieux en période dite automnale), et drôlement confortable (no surprises).

Un basique de shoesing dont je ne regrette absolument pas le renouvellement (l'ancienne paire datait tout de même de 1999) (on peut parler d'une pièce amortie).
Quitte même à redécouvrir à quel point ça va avec TOUT (et à TOUT âge) (sous le préau ou au bureau), les Converse...

F.B

Aucun commentaire: