jeudi 30 septembre 2010

My own Levi's


"Toutes les formes des femmes prétendent à être vues, il suffit de les déclarer au regard".
Jacques Gagneau

Vous sentez-vous concernées (je m'adresse aux filles dans la salle) (oust, dehors les boys) par la quête éternelle du jean parfait, l'armoire pourtant déjà blindée d'une dizaine (que dis-je, une vingtaine) de modèles différents ?

A priori oui, puisqu'une étude menée par le ELLE Belge démontre que 34% d'entre-nous estiment que trouver le jean idéal est plus pénible qu'une épilation totale à la cire (j'aurais aimé pouvoir lire la totalité du questionnaire, j'vous le dis).

Et oui aussi, parce que chez moi c'est un peu le Graal implacable. Je fais partie des 22% (de la dite étude from Lagardère Belgium) pour qui l'essayage est synonyme de jean trop large au niveau des fesses et des hanches, et des 48% déclarant avoir testé entre 2 et 5 jeans en une séance de shopping pour finalement ne pas trouver de quoi satisfaire leurs gambettes.


Alors lorsque mon regard de jeune ménagère femme 25/49 ans, CSP+ (enfin, comme je dépense plus que ce que je ne gagne, je peux peut-être l'affirmer), urbaine et active, a été sollicité par le diable publicitaire Levi's et sa nouvelle campagne Levi's Curve ID (déclinée en plus auprès de multiples collègues blogosphériques), j'ai eu beau chercher, je n'ai pas pu me l'enlever de la "teuté"...
Jusqu'à ce que l'occasion de le tester arriva par chez moa.


L'idée de pouvoir me faire conseiller dans n'importe quelle boutique Levi's de France et de Navarre dans l'espoir de trouver à quelle silhouette "type" et choisir laquelle des 3 morphologies développées par la marque me correspondait, me ravissait...

Même si objectivement, GAP propose depuis quelques années déjà un concept similaire de ligne de jeans, déclinés selon la taille (encore heureux), la longueur (déjà mieux), la coupe ET la silhouette, sous les noms de "Straight", "Regular" et "Curvy".


L'innovation ne raisonne donc qu'en demi-teinte, mais l'envie est là, provoquée par ma persuasion que le prochain jean serait enfin le bon. The Good One quoi.

Direction Levi's Opéra, 1er étage, un samedi période de pointe (oui, je suis une warrior du shopping).

Un vendeur pourtant souriant et déterminé (et à la voix très efféminée) s'approche : "Vous, vous êtes Demi Curve vous, je vous donne un 26/34 ? Quel coupe ? Droit ? Evasé ? Slim ? Quelle "colo" ? Brut, Très délavé, Intermédiaire ou Black ?".


Moi : "Euh, Ok, ce sera Black alors... Coupe droite (sous-entendu ras-le-bol du slim)". La voix tremblante, à la fois impressionnée et énervée par son aplomb.

Je suis ressortie 5 petites minutes plus tard, galbée (mais pas serrée), énamourée devant mon reflet miroitant une coupe nickel, une longueur parfaite (adaptable en version talons or not talons), et donc logiquement totalement emballée par ce new item (prix compris entre 90 et 130€).

L'heure est maintenant venue, je me dois de faire passer le message à mon tour, prêcher la bonne parole en quelque sorte.

Courez les filles, courez (et pas pour Sarenza cette fois) (m'ont saoulée avec leurs histoires de courses en escarpins) ! Tentez l'essai, car le jeu pourrait bien en valoir la chandelle.

F.B

2 commentaires:

Des Histoires de Pieds... a dit…

Alors fait-il vraiment de belle fesses?!?
Si c'est il faut l'adopter de suite, c'est clair..! ;)
ps:Tres sympa ton blog



http://mode.feber.se/187969/

BabyModeuse a dit…

Des Histoires de Pieds > Oui, franchement, je ne suis pas déçue et j'aime bien mon popotin dedans (ce qui est très RARE) ! Merci pour ton gentil commentaire !