dimanche 3 mai 2009

ELLE & Coco Chanel

"La mode c'est quelque chose au bord du suicide".
Coco Chanel

Suis comme Coco. 

Very selfish, je viens de voir le film "Coco avant Chanel" et je me sens obligée de commencer ce post qui n'a pourtant rien à voir avec une énième critique cinématographique par ça. Et ne me demandez pas pourquoi de toute façon vous ne pouvez pas

Suis comme Coco parce que je déteste le dimanche. Comme des milliers d'autres personnes également, mais j'aime me dire que l'on partage ce trait de manière exclusive, elle et moi. 

Elle est même morte (d'ennui ?) un dimanche. Détail qui m'avait échappé à la lecture de sa bio oui je suis de celles qui préfèrent toujours lire le livre avant d'aller voir le film.

En sortant de la séance j'aime bien dire séance, ça fait comme si je sortais du théâtre alors que c'était juste un cinoche. Le pouvoir des mots, c'est dingue quand même, je ne résiste pas à la tentation de foncer au kiosque acheter le ELLE que j'aperçois à 20m. Peut-être même à 100 m.

Ce qui peut sembler ri-di-cu-le lorsque l'on sait que je reçois ce même exemplaire dès demain au bureau oui je suis de celles qui profitent d'abonnements gracieux via leur travail

Mais l'envie d'en finir avec cette dimanchite aiguë, et de faire partie des premières à le lire dans mon bain le soir même, a eu raison de moi et de mes économies incertaines du moment, vous comprendrez dans un instant

Ce que j'aime avec ELLE, c'est cette impalpable caution que ce magazine peut apporter, cette façon d'être ta friend sans même avoir eu besoin d'une request, cette assurance mode à 2€50. 

ELLE seul(e):

- peut confirmer ma passion "couleur corail" du moment. Celle qui m'a fait essayer 4 fois en 2 semaines la paire de sandales orangées au liseré doré Minelli oui, celle qui agite toute la blogo depuis 2 mois au bas mot. Au grand drame de la vendeuse, aussi miteuse que râleuse, de l'avenue des Ternes.


- peut shooter à ma place le débardeur Sandro (dont je ne suis pas peu fière d'avoir trouvé un placebo) et mon nouveau blazer rose poudré que je n'ai pu encore vous montrer (me suis fait voler mon appareil photo, j'évite la Fnac de peur de faire un casse et je remplie ma tirelire cochon comme sur M6, pour revenir au plus vite avec des photos dignes de ce nom et pas des images de merde from my BlackBerry.



- peut présenter en avant-première mes nouvelles Nike "Hi Jack" pour Maje. Déjà à mes pieds, je vais enfin pouvoir commencer à crâner. 


De quoi afficher un sourire aveuglement auto-satisfait. De quoi requinquer ce dimanche gris chiné tristounet. De quoi se prendre pour une Coco du XXIème siècle, visionnaire à sa manière.

F.B

3 commentaires:

morisset a dit…

Sauf que gris chiné c'est pas forcément tristounet.

BabyModeuse a dit…

morisset > Pas forcément. Mais souvent quand même.

Mademoiselle C. a dit…

Sauf quand c'est relevé avec du corail. Là, c'est juste moche :))))
Dur pour l'appareil, je te souhaite de bien économiser et de bien attendre les soldes qui arrivent dans un petit mois et demi. Tu devrais facilement trouver ton bonheur :)