mercredi 3 novembre 2010

Psychologie du collant

"Mon rêve : devenir le collant d'Ursula Andress".
Woody Allen

Figurez-vous que les ventes de collants ont cessé de chuter brutalement dans les années 2000 (après les échecs de lancements cuisants de modèles hydratants; faut croire que le consommateur n'était pas assez mûr pour ce marché des bas nylons "cosméto") (ou simplement que c'était une idée à la con), au moment du regain de celles des jupes, évidemment.

C'est le genre d'infos que j'aime lire dans le magazine LSA (si vous vous demandez de quel oiseau je cause, c'est normal, c'est un titre professionnel autour de la grande conso et de la distribution) (chiant à mourir pour 90% de son contenu, mais dans lequel il se cache au hasard des pages A4, 10% d'études fonctionnelles à ne pas jeter si vite à la poubelle).

Tout ça pour vous dire qu'entre le collant et moi, l'histoire de chic et de choc a bien débuté en 2000 (enfin fin 98 pour être totalement exacte) ("trendsetteuse", déjà...) (Euh...lol).

A l'époque, 15 ans et des brouettes, je misais sur un look boyish très limite, où la sur-chemise QuikSilver régnait en maître(sse) et le jean Cimarron trônait à ses côtés, sans jamais ô Grand Dieu jamais, réaliser la nécessité de changer.

Mais c'est en tombant en pâmoison devant une mini-jupe plissée chez Naf Naf, qui à l'époque (il est urgent que je cesse ces "à l'époque", ça fait vraiment grand-mère sur le retour) revêtait un logo en forme de petit cochon que j'adorais (allez comprendre... L'adolescence...), que la nécessité du collant m'est venue, comme ça, face à un achat impulsif (dicté par la tenue de clip de Brit-Brit dans "Baby One More Time") (#mercrediconfessions).

Et depuis, j'en perds mon latin fashion.


Perdue entre les rayons socquettes, chaussettes, guêtres, collants, leggings, mi-bas, bas, et cetera... Le codage presque scientifique du produit (20D ou 40D ? Fil guipé ou fil microfibre ? Polyamide ou fibres naturelles ?)... La multitude de marques et de modèles fantaisies en présence (pas moins de 9 différentes recensées dans mon Monop')... Et la galère quotidienne, voire même la quête éternelle, qu'est la recherche de l'item parfait, celui qui ne grattera pas, ne se filera pas, ne brillera pas (de trop), ne glissera pas, s'accordera, et donnera un effet Wouaaa à n'importe quel combo jupe-robe et petit pull.

Je vous propose donc une micro synthèse personnelle dans le genre "Guide du collant pour les nulasses".

Extrait du catalogue DIM

La tendance s'accentue depuis 10 ans et est aux collants dits "mode", soit de couleur vive ou complètement incongrus.

Récapitulons donc la base au niveau des premiers choix : pas de rayures horizontales à la Sonia Rykiel, ni de résilles, ni de pois au-dessus d'une taille 38, pas de jaune moutarde pour les blondes (j'ai essayé, c'est une catastrophe), pas de total look babydoll type "j'ai mis un collant rose, une mini-robe en jean, des ballerines et plein de barrettes dans mes cheveux" après 12 ans.

Du côté des deniers (c'est la devise des collants en quelque sorte), comprenez qu'il nous indique l'épaisseur de la toile du collant en exprimant le poids en gramme de 9000 mètres de fil (par exemple pour un 60D, 9000m de fil pèsent 60g) (y'a pas de calcul mathématique, c'est pratique).

Benchmarkons donc un peu pour comparer et évaluer (et enfin comprendre, accessoirement) :
- En-dessous de 25D, le collant sera transparent,
- entre 25D et 40D, le collant sera mi-opaque,
- Au-dessus de 40D, le collant sera opaque.

Au-delà de l'apparence, nous avons généralement tendance à nous attacher à la matière du collant plutôt qu'à la résistance du fil.

Pour celles privilégiant le confort et la douceur, l'élasthanne et la microfibre sont à privilégier (le premier pour le soir, car il brille, la seconde pour le jour, car elle assure un aspect velouté mat). Les plus bios d'entre-nous opteront pour les fibres naturelles comme le classique coton ou les plus chauds : laine, mohair ou alpaga.

Exit le polyamide qui constitue les modèles "mousse" ou "voile". Il pique et s'use trop rapidement après lavage. D'ailleurs au sujet épineux du lavage, j'ajoute qu'il est indispensable d'utiliser un petit filet "linge délicat" pour passer en machine tout votre attirail à gambettes.

Sinon, face à l'offre pléthorique, je ne peux que vous conseiller quelques pièces testées et approuvées (sachant que globalement, il est toujours nécessaire de renouveler son collant-dressing tous les ans) : les modèles opaques Miss Helen chez Monoprix, les leggings DIM et les merveilles en laine (malheureusement très coûteuses) Falke. Je ne peux également que vous en déconseiller certains comme les items from H&M, aux prix attractifs mais à la tenue très limite sur la durée, ou ceux from (la presque casa) Zara, aux coloris décevants une fois portés dans l'ensemble.

Pour celles qui auraient envie d'approfondir le sujet, quitte à en passer par l'historique complet du collant et la fabrication de A à Z, du tricotage à la confection, direction le site de DIM.

Pour celles qui souhaiteraient découvrir l'intégralité du dossier consacré aux collants chez Grazia, c'est juste .

Pour celles qui aimeraient simplement mater les lookbooks DIM, réalisés dernièrement par 3 blogueuses ambassadrices, je cède à votre caprice en émettant un gros coup de coeur pour les silhouettes de Caroline, véritable atout charme.


Et maintenant, je vous tire bien bas le collant, en vous laissant tranquillement remonter le vôtre (celui qui glisse à la taille juste en ce moment).

F.B

11 commentaires:

Le Cookie Masqué a dit…

monop, dim, Uniqlo et Primark (pack de 3 ultra cheap ET top) pour ma part !

(à propos de LSA, t'as vu mon interview ??)

xxx

Caroline a dit…

Oh merci <3
Suis une grande fan de collants mais je porte peu de jupes/robes du coup c'était un sacré casse tête de faire ces looks !! xxx

Anonyme a dit…

Comme tu écris bien...

Maude a dit…

Et bien merci, j'apprends des choses... J'aurais l'air moins bête la prochaine fois chez Monoprix ! mERCI !

BabyModeuse a dit…

Le Cookie Masqué > Je note le conseil pour Primark ;-) J'ai pas vu, mais je file sur leur site mater ça !

Caroline > Je te comprends, pour moi, ça aurait été l'enfer !

Anonyme > Merci beaucoup.

Maude > De rien, c'était justement l'objectif d'un tel article.

Anonyme a dit…

moi je suis un grand fan de collants
j'ai meme fait un blog a ce sujet
http://batman59north.worpress.com

amitié

Arnaud

Arnaud a dit…

Je voulais vous donner mon adresse de mon blog

http://batman59north.wordpress.com

BabyModeuse a dit…

Anonyme Arnaud > Merci pour cette découverte. Fétichiste ?!

Anonyme a dit…

de Arnaud
Fétichiste non esthète oui mais il faut voir l'article "Pourquoi j'aime les collants?" sur mon blog pour que tout le monde puisse comprendre. Je suis un homme qui en porte et je ne suis absolument pas homosexuel, parce qu'on fait vite l'erreur de considérer celà comme de l'homosexualité refoulée.
Par ailleurs d'après une vendeuse de la marque autrichienne Wolford m'a dit que certains hommes en mettaient sous le pantalon.
http://batman59north.wordpress.com

Anonyme a dit…

Bonjour BabyModeuse,

Sympa ton article sur les collants, et ton blog en général.

Comme Arnaud, et d'autres hommes, je suis porteur de collants avec bermuda, voire avec jupe. Tu pourras consulter à ce sujet le site "Hommes en jupe" http://asso.i-hej.com/

Ni fétichiste, ni travesti, ..; homme tout simplement, avec une envie de changer de looks !

Bises

Marc

Stjsrty Xtjsrty a dit…

zzzzz2018.7.18
hugo boss outlet
ugg boots on sale 70% off
canada goose jackets
christian louboutin shoes
tory burch handbags
kate spade
moncler outlet
louboutin shoes
ray ban eyeglasses
jordans